Chargement
  • Les cités-jardins

Les cités-jardins

Le concept de cité-jardin est lancé en 1898 par le britannique Ebenezer Howard. Lorsqu’il décrit « les cités-jardins de demain », il développe un concept nouveau de « ville satellite » à la campagne. Il s’agit de créer des « villes nouvelles » et non des cités-dortoirs. La possession du sol est collective. La cité est une véritable ville avec des emplois, des terrains cultivés pour l’approvisionnement alimentaire et des services. La vie sociale est un impératif : elle comporte à la fois l’accès à la santé, à l’instruction et aux loisirs.

La cité-jardin modèle anglais

Son concept est mis en application par Raymond Unwin, dans les villes de Letchworth, Hampstead et Welwyn à proximité de Londres.

Première cités-jardins en France

Les éditions des cités jardins de France

1910

Les premières cités-jardins créées en France sont des groupements de villas avec un coin de terre, conçues par les industriels à l’attention de leurs ouvriers.


Dès 1904 la Compagnie des mines de Dourges ouvre la voie avec la création de 4 cités-jardins (1904-1914).


L’architecte Jean Walter devient en quelques années « le spécialiste français » des hameaux cités- jardins. 

Premières cités-jardins en France

Sur les cités-jardins existant en France, en 1911, il en réalise 19 : aux Longines et à Montbéliard, pour les usines Peugeot, à Longueville pour la Compagnie de l’Est, à Beaucourt et Fresches pour la Maison Japy mais aussi à Blagny, Grignan, Nancy et Epinal pour la Société du Coin du Feu.

Cité Alsacienne - Belfort

10/06/1908

Cité des Cheminots de Longueville

24/03/1915

Cité-jardin de Draveil

Plan de la Cité-jardin de Draveil

01/02/1914

L’architecte Jean Walter réalise à partir de 1912, la cité-jardin de Draveil, première cité-jardin HBM de la région parisienne, en accession coopérative à la propriété.


Le maître d’ouvrage est la société anonyme coopérative d'HBM, "Paris-Jardins" créée le 15 mars 1909. En 1911 la société acquiert le domaine de Draveil dans le but d’en faire une ville-jardin inspirée du modèle anglais.


Situé sur une éminence d'où la vue embrasse la Seine et les collines de Juvisy, le domaine se compose d’un château du XVIIème siècle entouré d'un vaste parc.


40 cottages sont construits en 1914, 250 maisons en 1928 et 322 aujourd'hui. L’originalité du projet est le strict respect du site et une approche écologiste avant la lettre.


Cité-jardin de Draveil

La cité-jardin part de l’existant, respecte les parties boisées du domaine et la ligne courbe des allées à l’exception de l’allée centrale du château. Pour assurer une cohérence au projet architectural tout en permettant la diversité des constructions et la recherche des meilleurs prix, la coordination du projet sont confiés à l’architecte en chef du programme. 

Petite Alsace

L’abbé Viollet fondateur des œuvres du Moulin Vert crée une société d’HBM en 1912 : “L’Habitation Familiale”. La Société est présidée par M. Gomel, président directeur général des Chemins de Fer de l’Est.

La première opération, réalisée en 1912-1913 par l’architecte Jean Walter, est une cité de 40 logements individuels pour familles nombreuses, dont les maisons sont regroupées autour d’une cour-jardin de 548 m2. Les pavillons numérotés de 1 à 40, autour de la cour rectangulaire, ont été réalisés selon des procédés innovants pour l’époque. 

L'Habitation Familiale, projet

1910

Petite Alsace

Les pavillons numérotés de 1 à 40, autour de la cour rectangulaire, ont été réalisés selon des procédés innovants pour l'époque.

La cité est composée de 4 pavillons de 4 pièces, de 34 pavillons de 3 pièces et de 4 pavillons, et d’un pavillon de 2 pièces. Chaque habitation comprend une cave, une entrée, une salle commune, et une courette. Le loyer s’élève à 400 F avec des réductions pour les familles les plus nombreuses.


L’Habitation Familiale deviendra plus tard la Société anonyme d’HLM immobilière du Moulin Vert.

Cité-jardin La petite Alsace, rue Daviel


Cité-jardin La petite Alsace, rue Daviel, 1989

1989

Cité-jardin de Strasbourg

À Strasbourg, alors sous domination allemande, il s'agissait de proposer une solution pour les familles délogées par la « Grande Percée », une vaste opération de démolition d'immeubles insalubres du centre-ville. La Cité-jardin est réalisée en 1910-1912 par l’architecte alsacien Edouard Schimpf pour la Société coopérative de logements populaire (SOCOLOPO), dont la ville est le sociétaire principal.

Cité-jardin Stockfeld

1910

La cité jardin est située sur le quartier populaire du Neuhof, à 6 km au sud du centre de Strasbourg, en bordure de forêt.

Réalisée sur une vingtaine d'hectares la cité de style résolument alsacien, peut accueillir 2 600 personnes. Elle comprend 459 logements, dans 225 constructions, avec six modèles différents.

Chaque maison dispose d’un jardin de 100 m2. Dans la cité, on trouve 6 magasins, un restaurant, un jardin d’enfants et un service médical. Pour l'époque, le confort y est remarquable, avec des toilettes intérieures, un bac à lessive et une baignoire.

Cité-jardin Stockfeld en 1989

1989

Suite de l'exposition "La défense des locataires"

Crédits

Conception : L'Union sociale pour l'habitat -  DCOM - Centre de ressources & Patrick Kamoun

Textes : Patrick Kamoun

Numérisation des documents : Azentis