Chargement
  • La Belle époque

La Belle Époque

L’expression est née en 1919, empreinte de nostalgie. La France est une puissance coloniale incontestée. Paris, capitale artistique et intellectuelle du monde, rayonne. La bicyclette s’impose et le premier tour de France enthousiasme le public en 1903. Les bains de mer sont en vogue et on assiste aux premiers pas de l’automobile et de l’aviation. En 1900, Paris est la vitrine du monde à travers lExposition universelle.

La Belle Époque

La Belle Époque

La France demeure un pays majoritairement rural. Si elle s’est agrandie en 1860 avec Nice et la Savoie, elle a perdu l’Alsace et une partie de la Lorraine en 1871. De cette perte naîtra un nationalisme revanchard sur l’Allemagne. Les inégalités sociales et régionales sont flagrantes. L'agriculture est la première activité économique par le nombre d'employés, mais elle ne l’est pas sur le plan des revenus. Au sud de la Loire, petits propriétaires et ouvriers agricoles vivent pour la plupart dans la misère alors qu’au nord s’est développée une agriculture intensive et productive. Ce dualisme se retrouve dans l'industrie.


L'Alsacienne.

29/08/1907

Politiquement, la France est installée dans la République. L’adhésion collective au régime républicain s’affirme depuis l'affaire Dreyfus. L’école de Jules Ferry enregistre des progrès fulgurants, mais un français sur cinq est encore totalement illettré. Dans le domaine littéraire, deux nouveaux genres se développent : le roman policier et le roman de science-fiction. Comme l’école, la France devient laïque, non sans trouble. La séparation de l’église et de l’Etat est consommée en décembre 1905.

 L’Etat peut-il faire notre bonheur ?

1904

Hortillons

1910

Rue du bout du Monde

10/12/1914

La Belle Époque - 2ème révolution industrielle

La Belle Époque, c’est aussi ce que certains appelleront la 2ème révolution industrielle. Après la grande dépression des années 1873 à 1896, la France entre dans une période de croissance soutenue. De nouvelles industries se développent : industries chimiques, métallurgiques, automobiles et aéronautiques. Les chemins de fer sont populaires : on compte 400 millions de voyageurs en 1901, soit quatre fois plus qu’en 1870. 

La Belle Époque - Condition des ouvriers

Mais la Belle Époque, ne l’est pas pour tout le monde. Les conditions de travail et de logement de la classe ouvrière sont épouvantables. La précarité de l’emploi et la dureté des conditions de travail créent un climat social très tendu. L’époque est marquée par la révolte et la grève. Le phénomène atteint son paroxysme en 1906, après la catastrophe des mines de Courrières qui fait plus de 1 000 morts. Les ouvriers demandent la journée de huit heures..

Trieuses de charbon

18/03/1904

La sortie des mines

1899

Sortie des ouvriers de l'Usine Menier

1899

La Belle Époque - Condition des ouvriers

Le 1er mai 1907

01/05/1907

Femme charpentier

1910

Sortie des ateliers Combes

1910

Toutes les branches professionnelles sont touchées, 1 400 mouvements de grèves dans l’année et 450 000 grévistes. L’ordre social est menacé, la répression est féroce. Pour calmer les ardeurs révolutionnaires le législateur institue le 1er jour de congé hebdomadaire et le Gouvernement crée un Ministère du Travail. 

Politiques familiales

Edmée Piot

1899

Depuis 1890, toutes les analyses montrent une chute de la fécondité. En 20 ans, le taux de natalité est tombé de 25 à 19 naissances pour mille habitants en France, alors qu’il est toujours de 35 pour mille en Allemagne.  Pire, en 1911, le taux de mortalité dans 64 départements français est > à celui de la natalité. A la veille de la guerre, la “dépopulation” est vécue comme un véritable drame national.

La question de la dépopulation devient lancinante. Elle est attisée par une association très dynamique de notables : l'Alliance nouvelle contre la dépopulation, qui devient rapidement l'Alliance nationale pour l'accroissement de la population française, créée en 1896, dans la lignée de l’école de Le Play.

Alliance Nationale pour l’Accroissement de la Population Française

1924

Ligue pour le relèvement de la natalité française et la défense des familles nombreuses

12/10/1920

Une autre association, beaucoup plus populaire, va faire parler d'elle. En 1908, le Capitaine Simon Maire, officier sans fortune et père de dix enfants, crée la Ligue Populaire des Pères et Mères de Familles Nombreuses de France. Son slogan deviendra célèbre : “les familles nombreuses créancières de la Nation”. Pour ces associations, les Habitations à bon marché (HBM) devraient être exclusivement destinées à des familles avec au moins trois enfants.

En savoir plus, Famille et logement : une histoire ancienne, Réalités familiales -  Unaf

Ligue Populaire des Pères er Mères de Familles Nombreuses

10/11/1908

Il faut "repopuler"

Pour sauver la famille, pour sauver la France, une seule solution : il faut repopuler. Ce slogan sera repris par toute la classe politique. A la veille de la Grande Guerre, la “dépopulation” va faire l’objet de multiples publications, d’articles et de conférences, mais aussi de chansons. Elle est vécue comme un drame national. « Il faut faire des enfants ! », clament les "repopulateurs". "Donnez des logements aux familles nombreuses !" ajoutent les ligues pour la défense des familles nombreuses. La chanson sociale n’évite pas le thème repris par les caricaturistes de tous poils et les chansonniers.

  • Repos Population

  • Conférence sur la repopulation

  • Faites des enfants

  • Repopulation

  • La Machine à repopuler

  • La Fusée à Papa

Pour qu'on fasse des gosses, paroles de Montéhus, musique de Chantegrelet, Montéhus Editeur.


♪♫

Si vous voulez qu’on repeuple la France

Qu’l’on soit certain de trouver un log’ment

La vl’là messieurs la vrai’ loi d’assistance

Fait’s des maisons et moins d’casernements

Plus de taudis où grouille la vermine

Où le vent souffle aux fenêtr’ sans carreaux

Où la nuit rod’ le spectr’ de la famine

Et fait pleurer les vieux près des berceaux

♪♫

Suite de l'exposition "Une France de taudis"

Crédits

Conception : L'Union sociale pour l'habitat -  DCOM - Centre de ressources & Patrick Kamoun

Textes : Patrick Kamoun

Numérisation des documents : Azentis