Chargement
  • Les HBM

Les HBM

Les HBM une histoire riche et ancienne

L’histoire du logement social, en PACA, se singularise par la précocité et l’anticipation de la prise en compte des besoins en logement. Construction de logements pour les ouvriers dès 1851. Création de la 1ère SA d’HBM la Société Anonyme des Logements Salubres et à Bon Marché, à la suite de besoin l’exposition universelle de 1889. Naissance de la 1ère coopérative d’HBM en France « La Pierre et le Foyer ». Implantation d’une des toutes premières cité jardin à Mazargues avant 1914. 

HBM en accession à la petite propriété à Nice

1900

Cité-jardin de la société des habitations salubres, quartier Mazargues à Marseille

1910

Le précurseur Marseille Saint-Lambert

HBM Saint-Lambert Dessin

1889

Marseille est précurseur, la première société d’HBM y est fondée avant la loi Siegfried par la Caisse d’épargne de Marseille.


 Le 17 avril 1890 s’y déroule un événement mémorable : le Président de la République Sadi Carnot, accompagné d'une délégation importante de ministres, inaugure un programme de logements.


La Société Anonyme des Logements Salubres et à Bon Marché de Marseille confie en 1889 à l’architecte Charles d’Albert la réalisation d’un immeuble de 40 logements, rue Sauveur Tobelem dans le quartier des Catalans.


Le programme comprend 3 immeubles à 3 étages sur rez-de-chaussée. La façade très classique alternant deux styles rompt la simplicité et s’intègre parfaitement à l'architecture locale.


Le précurseur Marseille Saint-Lambert

Destinés à des familles nombreuses, les logements sont en majorité des 4 pièces de 45m2, composé de trois chambres et d’une salle commune de 9 à 10 m2. Elle est installée à la mode marseillaise, avec un « potager », c'est-à-dire un long plan de travail décoré de faïence émaillée bleue et blanche. En 1891, les locataires sont en grande majorité des salariés : employés de commerce, garçons de bureau, deux institutrices, trois facteurs des postes, mais surtout des ouvriers : marins, calfats, charpentiers, scieurs de long, maçons, tailleurs de pierre ainsi que des journaliers.

 

Les logements disposent de l’eau courante et de toilettes intérieures à chasse d’eau ventilées naturellement par une fenêtre donnant sur un puit d'aération. Dans la cuisine, un « filtre Chamberland » permet d'avoir une eau toujours de bonne qualité. L’invention mise au point en 1884, permet de lutter notamment contre la propagation de la fièvre typhoïde : un filtre conçu à partir d'une bougie de porcelaine poreuse permet d'éliminer les microbes de l'eau de boisson. A l'arrière du bâtiment se trouve une cour de 253 m2 aménagée avec un lavoir et des étendoirs à linge. 

Immeuble Saint-Lambert

2010

HBM Saint-Lambert Dessin

1889

Les premières sociétés d'HBM

Certificat d'inscription d'actions nominatives

1906

Trois grandes lois vont instaurer les opérateurs du logement social. La loi Siegfried (1894) créée les sociétés coopératives et anonymes d’habitation à bon marché, la loi Ribot (1908), les sociétés de crédit immobilier et la loi Bonnevay (1912) les offices publics d’habitations à bon marché. Les organismes d’HBM ont deux missions principales : la construction et la gestion de logements locatifs, et la vente de logements en accession à la petite propriété.

Les logements sont destinés « aux personnes vivant principalement de leur salaire ». La préoccupation des organismes est d’abord sanitaire et familiale (loger des familles nombreuses).


La première société d’HBM, la Société Anonyme des Logements Salubres et à Bon Marché, est créée à Marseille par Eugène Rostand, président de la Caisse d’Epargne de Marseille et le député Jules Charles-Roux. En 1912, la société loge 1.044 personnes dans six opérations. Eugène Rostand crée également en 1891 « La Pierre et le Foyer » qui est sans doute la première société coopérative d’HBM de France. Le siège social est domicilié 64, rue de Grignan à Marseille.

Une autre société d’HBM naît en 1905, la Société Grassoise d’HBM. Elle est présidée par un médecin, hygiéniste convaincu, le docteur Eugène Perrimond, qui sera maire de Grasse de 1922 à 1927. 

HBM et jardins ouvriers

La loi Strauss de 1906 sur les Habitations à Bon Marché va, en quelque sorte, unir les HBM et les jardins ouvriers. Une disposition introduite par l’Abbé Auguste Lemire, député du Nord, va permettre d’étendre, le bénéfice des dispositions relatives aux HBM à la création de jardins.

En savoir plus : Mariage des jardins et des HBM

Œuvre des Jardins ouvriers de Cannes

1910

Les jardins familiaux 
de développement social

Cette union est toujours d’actualité. En 2014, la publication de l’ouvrage réalisé « Les jardins familiaux de développement social » à l’initiative de l’Association Régionale HLM PACA & Corse est non seulement le témoignage d’une grande continuité, mais aussi d’un renouveau. 

Crédits

Conception : L'Union sociale pour l'habitat -  DCOM - Centre de ressources & Patrick Kamoun

Textes : Patrick Kamoun